• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 76

      Résumé des chapitres précédents : Bouleversée par le récit de Sylvain, Nora lui reproche sa sérénité. C’est vrai, quoi : des atrocités pareilles, on ne peut en parler qu’avec dans sanglots dans la voix. Ou alors, c’est qu’on n’a pas de cœur !

     

             — Allons, remets-toi, la réconforte l'ange. Ça décape la première fois qu'on la voit, mais on s'habitue vite.

             Il lui passe la main dans les cheveux, sans ostentation, comme à un chienchien.

             — Ton café est froid.

             Dans le couloir, un faible vrombissement. Les grandes roues rayonnées s'entendent à peine sur le parquet, mais le moteur fait un bruit de bourdon.

             Le journal du matin est posé sur le buffet. Sylvain le prend, l'ouvre. Lit tout haut les principaux titres.

             — Grève du métro... Manif à Bastille... Montée en puissance de l'extrême droite... Bavures dans les banlieues... Démentèlement d'un camp de roms près de Bordeaux... Deux charters pour la Tchétchénie...

             Le vrombissement s'éloigne. Sylvain pose son journal.

             — Je te ressers une tasse ?

             — Merci, je pourrais rien avaler.

             Il sourit avec indulgence.

             — C'est joli, ce rouge. Ça te va bien... T'as l'air d'un coquelicot.

             Nora baisse machinalement les yeux et, d'un coup, prend conscience du négligé de sa tenue.

             — Excuse-moi, balbutie-t-elle. Faut que j'aille m'habiller.

             Elle se rue dans sa chambre, clip-clop. Fonce sur ses frusques qu'elle superpose, vite vite, dans n'importe quel ordre. Puis, s'étant caparaçonnée — et ayant, de la sorte, recouvré son sang-froid —, elle annonce : 

             —  Je m'occupe de la vaisselle !

             Mais, dans la cuisine, il n'y a plus personne.

                                                                                                                                 (A suivre)

    « FOLLE D'AMOURFOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Avril 2013 à 08:39
    Tororo
    Impressionnant, la façon dont, dans cet épisode, l'écriture prend de la distance avec les personnages alors que d'habitude elle leur colle à la peau. La température vient de baisser tout d'un coup ou c'est juste moi? On ne sait plus, avec ce temps que ya plus de saisons.
    2
    Mercredi 24 Avril 2013 à 09:14
    Benoît Barvin
    Le lecteur, il suit, ou alors il dégage, non mais! Depuis quand les lecteurs font la Loi, maintenant... Ceci dit, je ne parle pas pour toi Tororo, hein? Manquerait plus que ça, toi qui, avec Castor Tillon, est un des plus fidèles de ces pages... Si, sur Tu Quoque, ça pouvait être pareil, j'en serais ravi...(à part Vous, Sainte Gudule, évidemment, les "fidèles" ne se pressent pas aux portillons de mon blog)
    3
    Mercredi 24 Avril 2013 à 10:03
    Tororo
    Le lecteur, sur "pause"? ah non, c'est (crotte alors) tout le contraire que j'ai voulu dire. Il est réfrigéré, c'est pas pareil!
    4
    Jeudi 25 Avril 2013 à 02:34
    castor tillon
    Mouarf, le chienchien !!

    Ah, Benoît, Gudule a raison : pour laisser un com sur "Tu quoque", il faut parfois que je rentre les mots anti-spam 4 ou 5 fois avant que celui-ci ne daigne.
    Perso, je m'occupe de plusieurs blogs (chez blogspot, comme toi), et j'ai désactivé l'anti-spam et la modération des commentaires. Malgré cela, beaucoup de visiteurs trouvent l'approche compliquée, alors qu'elle est plutôt simple, mais mal indiquée par Blogger.
    A mon avis, il est toujours temps, en cas d'attaque de spam ou de trolls, de remettre les protections en fonction, mais tant qu'il ne se passe rien, elles sont inutiles.

    Pour ceux que ça intéresse, j'ai créé un petit tutoriel pour laisser un commentaire sur "Tu quoque, mi amici". Valable également pour les autres sites Blogspot :

    http://nsm08.casimages.com/img/2013/04/25//13042502222014328911120230.jpg
    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Tu veux dire que le lecteur est sur "pause" ? Crotte, alors, je l'ai pas fait exprès. Déçu ?
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Réfrigéré, cher Tororo. Oh, ce n'était pas mon but, je le jure. Tu as mille fois raison, c'est encore un coup de la météo !
    7
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Que j'aime votre sainte colère, cher Benoît ! C'est vrai que vous, Tororo et Castor formez ma sainte Trinité personnelle, ce dont je vous suis éminemment reconnaissante ! En revanche, je pense que sur Tu Quoque, la difficulté de laisser un message doit décourager vos nombreux lecteurs. (Bien que, à ma connaissance, notre ami Castor, en aventurier de l'informatique, s'y hasarde parfois...)
    8
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Oh ben ça, c'est supergentil !
    9
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :