• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 91

      Résumé des chapitres précédents : Au secours ! Bobo le clown s’appelle Boris, comme l’autre. C’est un coup à péter les plombs, ça.

     

             Rue de Turbigo, Nora ralentit sa course. Reprenons notre souffle, tout va bien, aucune horde de boris n'est à mes trousses.          

            « Pauvre gars, se reproche-t-elle, il n'a rien dû comprendre. D'ailleurs, moi-même... Qu'est-ce qui m'a pris, au fait ? Une sorte de... comment dirais-je ? de nausée, d'allergie... Oui, c'est ça, une crise d'allergie. Je suis allergique à son nom. Pourvu qu'il n'ait pas cru que c'était personnel ! »

             Elle tourne à droite vers la rue du Renard, parvient à la hauteur du théâtre de l'Épicerie, et...

              Oh !

              C'est quoi, cette affiche ?

             Sexe-tête pour trois instruments. 

              Trois drôles de types sur fond d'azur, classés par ordre de grandeur  —  en nette instance d'un quatrième.

             — Quand on parle du loup, grogne Nora.

             Elle aperçoit clairement, sur la gauche, entre l'épaule de Flip et le front de Galapia, le personnage manquant qui se matérialise — un peu comme les photos dans le bain de révélateur.

             « Grâce à moi, se dit-elle, grâce à moi, bientôt on le verra, mon mien, sur tous les murs de toutes les villes. Mon sacrifice n'aura pas été vain. Vive moi, finalement. »

             Elle sort son crayon de sa poche — il n'est plus très bien aiguisé mais remplit néanmoins son office —, en lèche la mine pour qu'il marque bien noir, barre le « trois » pour le remplacer par un « quatre » et, dans l'espace ad hoc, gribouille un bonhomme à moustache. Puis, fière comme le Bon Dieu au soir du sixième jour, elle éclate en sanglots. D'émotion, je précise.

                                                                                                                            (A suivre)

     

    « FOLLE D'AMOURFOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Mai 2013 à 08:04
    Benoît Barvin
    Nora "créatrice" de son "homme"... Une mise en abîme dans le texte... Mais où donc s'arrêtera l'auteur, Sainte parmi les Saintes...
    2
    Jeudi 9 Mai 2013 à 13:14
    Castor tillon
    Nan. Pas chanter, nan. Sinon je viens plus, moi.
    3
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Euh... je sais pas quoi dire. A part chanter des cantiques...
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    gudule
    Bon, alors, ce sera cantiques-ragtime !
    5
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:35
    Pata															l
    Joli geste, que de faire vivre sur le papier de l'affiche, cet amour qui la tourmente !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :