• FOLLE D'AMOUR

    Chapitre 114

     

    Résumé des chapitres précédents : La seconde version de Miss Monde remporte tous les suffrages.

     

        — Très bien ! crie Yvette, excitée comme une puce.
         — Héhial ! approuve Florida.
        Miss Monde quitte la tribune, les sourcils froncés, et regagne son banc en silence.
        — Ça va ? lui glisse Nora.
        — Non. Je déteste cette version des faits. Elles m'ont gâché ma soirée, les morues !
        — Allons, allons, s'immisce Ave Maria, l'essentiel est d'aller de l'avant. D'explorer de nouvelles voies. À force de rabâcher, on devient neurasthénique.
        — À Hora, haintehant ! réclame Florida.
        — Pardon ? sursaute Nora.
        — Oui, affirme Yvette, c'est ton tour. Monte sur le podium.
        — Mais j'ai rien à dire, moi !
        — Allons, allons, pas tant de manières, intervient Ave Maria. Tu fais partie du club, maintenant, tu dois participer. J'ajouterais même que tu es le clou de la soirée : nous sommes toutes follement impatientes de t'entendre.
        — En assistant à la séance, tu as été intronisée, précise Yvette.
        — Eh, ho, j'ai rien demandé, moi, se défend Nora. C'est vous qui...
        — Tututu, cesse de te faire prier !
        Sans trop savoir comment, Nora se retrouve hissée sur la caisse. Qu'elle le veuille ou non, va falloir qu'elle y passe.
        Regard affolé sur l'assistance. À l'aide, on me voyeurise, on me viole, on m'écartèle ! On veut se repaître de mon intimité ! Charlie, Charlie, au secours !
        — J'ai quitté mon mari, hésite-t-elle, parce que j'étais un boulet pour lui. Je l'aimais trop. Il me fallait pour moi toute seule vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais il avait des ambitions professionnelles. Pour qu'il puisse les réaliser en toute tranquillité, j'ai décidé de disparaître.  C'était la meilleure solution.
        — Elle est nulle, ton histoire, grogne Yvette. T'as rien compris au fonctionnement du club, ma parole ! D'abord, il faut que tu sois victime d'un homme, c'est la règle — or toi, d'après ce que tu racontes, tu n'es pas victime, tu fous le camp, ça n'a rien à voir ! Ensuite, tu dois transformer la réalité à ton profit pour obtenir une happy end.
        — Ah bon ? s'étonne Nora. C'est obligé ? Moi aussi ?
        — Évidemment !
        — Héhisionnishe ! revendique Florida.
        L'assemblée frappe dans ses mains :
        — Révisionnisme ! Révisionnisme !
        Puis scande, les pieds au sol :
        — RÉ-VI-SION-NISME ! RÉ-VI-SION-NISME !
        — Bon, bon, concède Nora à contrecœur.

    « FOLLE D'AMOURFOLLE D'AMOUR »

  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Juin 2013 à 23:45
    Tororo
    Mon prof de d'histoire-géo avait une formule pour détendre l'atmosphère avant de donner les corrigés des devoirs: "C'est ici que les Athéniens s'atteignirent, et que les satrapes s'attrapèrent". Le cher homme la ressortait à chaque fois: il n'était pas mûr pour le révisionnisme.
    2
    Mercredi 19 Juin 2013 à 11:41
    Castor tillon
    La pauvre Nora a des froutt sur la caisse.
    3
    Samedi 20 Juillet 2013 à 23:47
    Castor tillon
    Désolé pour cette contrepèterie lamentable, Nora ne mérite pas ça.

    Hello, Pata !
    4
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:34
    gudule
    Cet homme était un Sage comme je les aime ! M'étonne pas qu'il ait été ton prof !
    5
    Pata l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:34
    Pata															l
    Nora sera t-elle une bonne Noratrice ?
    6
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:34
    gudule
    Mais... mais... mais... ils font bande à part, ces deux-là !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :