• Des petites interviews

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Février 2009 à 23:37
    Axel
    Bonjour Madame, Je suis un jeune adolescent de 15 ans remplis d'espoir. L'espoir pour lequel je vous écris, dans le respect total, est le suivant: Mon frère avait à lire "la vie à reculons" pour l'école... je l'ai vu, là sur mon bureau. Je l'ai ouvert, j'ai commencé à lire. J'ai lu, sans m'arreter, cette histoire avec Thomas et Elza, je l'ai vécu dans ma tête. Aujourd'hui encore je me demande "mais quel être a-t-l bien pu parler d'un sujet comme celui-ci avec des mots comme ça"... La réponce c'était vous. Votre histoire à transformer mon coeur. c'est vraiment magnifique comme livre. Mon espoir est donc... Comme tous les adolescents de mon âge, je fais des rêves, stupides certes, mais présent dans mon coeur... Et le rêve que je fis ce soir là, les jours suivants j'y pensé, j'y pensé tellement. Mon rêve? Faire de ce livre un Film. Certes en amateur, j'ai de l'experience dans le théatre, mais pas dans le cinéma. Voudriez-vous me permettre de réaliser de faire cette espoir en amateur? Ca ne sera pas un truc énorme puisque ça sera fais avec les moyens du bord, mais j'aimerais honnoré votre histoire... Un ami a qui j'ai parlé de ce projet m'a dit qu'il y avait des droits, que je devais payer. Je préfère vous demander... Dois-je payer pour faire de votre livre un film amateur? Quel est donc son prix? Toutes mes Sincère Salutations Madame, Axel Gaudin ps: cet espoir est si fort, que presque tout ai prévue: j'ai commencé à ecrire le script, j'ai penser à quelque amis pour faires les differents roles, j'ai également commencé à modifier certaine scène et faisant du piano à trouver une B-O... reste plus que votre accord Merci A. Gaudin
    2
    Dimanche 1er Mars 2009 à 13:10
    Axel
    oh, oui je vous remerci beaucoup!!! Je vous en enverrai une copie!
    3
    Dimanche 1er Mars 2009 à 13:13
    Axel
    et vous inquièter pa, plus tard, je le ferai en vrai, ça sortira dans les salles... Un livre comme celui-ci ne doit pas rester inapercu!!
    4
    Samedi 20 Juin 2009 à 16:17
    Axel
    Bonjour Gudule,
    Je sais pas si vous vous souvenez de moi, mais je vous avez envoyé des commentaires concernant "la vie à reculons" et l'idée d'en faire un film à but familial... J'espère que vous allez bien. L'envie qui me pousse, aujourd'hui à vous envoyé un nouveau commentaire, c'est qu'hier, j'ai lu "j'ai 14 ans et je suis détestable" et je voulais tout simplement vous félicité pour ce récit. Vous avez vraiment un don pour l'écriture. J'aimerais beaucoup avoir un don moi aussi, car voyez-vous, plus tard je souhaiterai écrire une autobiographie sur ma jeunesse (riche en aventure) mais... en ce moment j'ai plus ou moins commencé, un peu pour se préparer, et ce que j'ai écrit me plait, mais je pense que ça ne plait qu'a moi, car c'est moi qui l'ai écrit (logique)... je suis déçue du coup. lol Enfin bon, encore une fois merci pour tous vos textes
    Axel
    5
    Mercredi 8 Juillet 2009 à 13:21
    Gudule
    Je reste convaincue que, dans le cas de Carali, il n'y a pas eu réellement piquage, mais influence. Ceci dit, dans le domaine du sketche ou de la BD, les choses sont un peu différentes : c'est l'idée qui compte. En littérature, l'idée n'est rien, tout l'intérêt réside dans la manière de la traiter.
    Si je passe essentiellement mes articles parus dans Siné Hebdo sur mon blog, cela tient à deux choses. D'abord, techniquement, c'est plus simple pour moi de faire un copié-collé d'un texte existant que de raconter ma vie, comme le font les gens qui dessinent (Mélaka, par exemple) et qui sont capables d'y inclure des photos et des vidées (comme Olivier Ka). Pour ce genre de prouesse, je dois me faire aider. Oui, je sais, je suis gourde, mais on ne se refait pas. L'essentiel est, comme vous le dites si bien, que ce blog me permette de dialoguer avec les lecteurs. C'est ce que nous faisons en ce moment même, et je m'en réjouis !
    6
    Mercredi 8 Juillet 2009 à 21:37
    Gudule
    Cette mémoire des choses qu'on a oubliées et qu'on croit créer sans avoir conscience de les reproduire (oh putain ! la phrase alambiquée !) porte un nom précis. C'est un phénomène bien connu des psys. Faudra que je recherche comment ça s'appelle.
    Ecrire de nouveaux trucs pour le blog... Bien sûr ! Sauf que je n'arrive déjà pas à trouver le temps pour les romans, les nouvelles et les contes qu'on me demande. Alors, bon : solution de facilité. J'ai sous la main des mini-chroniques vaguement d'actualité, qui me permettent de faire vivre mon blog sans trop me prendre la tête. parce que, bon, hein : raconter sa vie comme ça, en texte, au jour le jour, c'est franchement nul. Faut au moins avoir quelque chose à dire. Or, chaque semaine, ce que j'ai à dire, ça sort dans Siné Hebdo. Donc, je réutilise. CQFD.
    Quant à Mélaka et consort, qui savent utiliser toutes les ressources de l'informatique, je leur demande si souvent des coups de main... Mais pas tous les jours, quand même ! Donc, je me débrouille comme je peux...
    En tout cas, merci, cher grosPépère, pour cette lecture attentive de mon blog. Et merci, surtout, pour ce brin de causette toujours agréable !
    7
    Mercredi 29 Janvier 2014 à 19:18
    Gudule
    J'ignore ce qu'est devenu Axel. Il ne m'a pas réécrit. C'est souvent le cas des commentaires de blog : un ptit brin de causette, et puis adieu, à la prochaine. Bon nombre de me commentateurs sont des adolescents qui écrivent sur un coup de tête, après avoir lu un livre qui leur a plu, mais une fois posé ce geste spontané, ils n'éprouvent pas le besoin d'y revenir (et c'est très bien ainsi !)
    8
    GUDULE
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    GUDULE
    Axel, je suis très touchée par ton enthousiasme et ton envie de porter ce livre à l'écran. En fait, l'adaptation d'une livres est régie par des règles très strictes. S''il s'agit d'une adaptation dans le cadre privé (c'est-à-dire familial, amical ou scolaire) tu es libre de le faire sans en avertir l'éditeur, et sans rien devoir à personne. De nombreuses classes ont adapté "La vie à reculons" en sketches, en pièces de théâtre, en romans-photos et même en comédies musicales. J'ai eu le plaisir d'assister à quelque-uns de ces spectacles. En revanche, s'il s'agit d'une adaptation à but commercial (c'est-à-dire d'un film projeté dans des salles publiques, avec des spectateurs qui paient pour le voir), tu dois en référer à l'éditeur (Hachette). Sur le contrat de l'auteur, il est bien stipulé que toute adaptation à but lucratif doit obligatoirement faire l'objet d'un contrat avec l'éditeur, qui possède les droits d'adaptation audio-visuelle de l'œuvre. Ces droits sont tarifés et versés à l'éditeur qui se charge de rémunérer l'auteur en conséquence. Mais je ne sais pense pas que ce soit ton cas. Donc, s'il s'agit d'une adaptation dans le cadre privé, tu as carte blanche. Ma réponse t'a-t-elle rendu les choses plus claires ?
    9
    GUDULE
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    GUDULE
    Ce sera un grand plaisir pour moi !
    10
    koen l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    koen															l
    Est-ce qu'il y a des traductions de vos livres. Je cherche une traduction néerlandais de l'envers du décor. Je ne comprends pas beaucoup de français. Koen
    11
    GUDULE
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    GUDULE
    Il y a de nombreuses traductions de mes livres, dans les langues européennes, orientales et asiatiques. Mais, à ma connaissance, pas en néérlandais. S'il en existe, elles ont dû être faites dans le cadre de mes maisons d'édition belges : Averbode, Mijade et Labor. Le mieux serait de s'adresser à elles. On peut trouver leurs adresses sur le net.
    12
    axel l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    madame, un ami m'a dit que vous viendrez à Eragny à ART DE VIVRE fair des dédicasses. Est-ce vrai? Merci Axel
    13
    axel l
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    madame, un ami m'a dit que vous viendrez à Eragny à ART DE VIVRE fair des dédicasses. Est-ce vrai? Merci Axel
    14
    GUDULE
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    GUDULE
    Je pense que ton ami se trompe. Mes seules dédicaces prévues pour 2009 sont au salon de Paris, les 14, 15 et 16 mars, au salon de Montauban, les 16 et 17 mai et aux salon de Gaillac et de Labège en octobre.
    15
    anonime
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    16
    armelle une collègie
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    bonjour j'ai bien aimer votre livre "la bibliothécaire" vous ête super bien
    17
    sarah
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    sarah
    bonjour,je suis une collègienne et je fait une fiche auteur sur vous est jaimerais savoir par qui vous vous ète fait connaitre car je ne le trouve sur auqu'un site sur vous merci d'avence
    18
    GUDULE
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    GUDULE
    Je suppose que ce que tu me demandes, c'est le nom du premier éditeur qui m'a publiée ? Il s'agit des éditions Syros, qui m'ont sorti en 1986 un album pour tout-petits intitulé "Prince charmant, poil aux dents".
    Sinon, en ce qui concerne les romans, Syros m'a sorti en 1987 un roman pour les 6-8 ans intitulé "Rosaloche-la-moche" et, presque en même temps, les éditions Denoël publiaient un roman pour adultes, "Et Rose elle a vécu".
    19
    Hélène.D
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    Hélène.D
    Puisque vous avait été si gentille pour répondre aux questions de vos lecteurs , j'ai bien envie de tenté ma chance : Est ce que l'on doit prendre ces précautions pour faire édité un livre ? J'ai ( ainsi que certaines de mes amies ) envie de voir un jour mes oeuvres cherie ce retrouvé a la porté de tous ceux qui aiment lire . Seulement j'ai peur que l'on s'approprie mes idées ou 'copie' ... Si je veux un jour offrir des villas au bord de la mer ou ( a la montagne ) ( on peut toujours revé ) J'aimerait etre sure que meme sans relations de parfaits inconnus , puissent se faire édité .
    20
    GUDULE
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    GUDULE
    Les personnes qui ont peur de se faire piquer leurs idées peuvent toujours "déposer" leurs manuscrits à la Société des Auteurs, mais outre que cela coûte de l'argent, c'est, à mon avis, parfaitement inutile. Jamais, à ma connaissance, un auteur ne s'est fait piquer une idée. Et par qui, d'abord ? Par un éditeur? Les éditeurs reçoivent plusieurs centaines de manuscrits par mois et les refusent presque tous. Si l'un d'eux, par chance, retient leur attention, ils contactent l'auteur et, éventuellement, le publient. Tu imagines le travail que cela représenterait, d'éplucher tous les textes, et de faire réécrire les "bonnes" idées par quelqu'un d'autre ? Quant à se faire piquer son idée par autre auteur, alors là ! Tu sais, trouver des idées, il n'y a rien de plus facile. Ce qui est difficile, c'est d'en tirer une intrigue qui fonctionne, de faire vivre les personnages mot après mot, ligne après ligne, de distiller l'émotion, le suspense, l'humour, la peur, suffisamment adroitement pour passionner les lecteurs... D'ailleurs, en général, les idées sont dans l'air. Deux auteurs peuvent très bien avoir eu la même, ou s'être inspirés du même événement ; à l'arrivée, cela donnera deux livres parfaitement différents. L'originalité d'un roman ne ne tient pas dans l'idée de départ, mais dans la façon de la traiter. La difficulté, par contre, est d'écrire un texte suffisamment abouti pour qu'il mérite d'être édité. Et même si l'on y arrive, ce n'est pas la peine d'espérer devenir millionnaire grâce à ses droits d'auteur ! Si la littérature enrichissait son homme (ou sa femme), ça se saurait !
    21
    Hélène.D
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    Hélène.D
    Merci pour votre réponse , me voila rassuré . Quand a devenir millonnaire grace a ces livres je n'en demande pas tant . Pour écrire il faut avoir vécu , souffert , aimé , désiré , passé de longues journées en larmes sur trois feuilles de papier vierge . Si j'ai passé des heures pour écrire , je n'en suis pas satisfaite pour autant ce que j'aime le plus dans l'idée de un jour me faire édité c'est justement votre place ou tant de lecteurs vous sont reconnaissant et vous admire . Parfois meme j'oublie que l'auteur existe en prenant l'histoire comme la mienne . Je ne commençerait a m'interressé aux maisons d'édition que dans une dizaine d'années , je ne suis pas assez mure ; quand a devenir millionnaire c'est possible je croit mais ce serait juste une idée gratifiante qui me permettrait a mes proches de savoir combien ils me sont cher . Mais c'est vrai etre 'écrivain' ce n'ai pas ça , nombre n'ont pas été reconnu a temps ( jane Austen ) et sont mort modestement dans un cottage ou pire dans la misère . Merci encore pour ces réponses , je penserait a vous quand j'irait au furet du nord . J'ai été étonné de voir que vous écriviez dans plusieurs style : adolescence , petite enfance exct .. Je ne savait pas que les lecteurs pouvait trouvé un auteur dans plusieurs style , je vous voyait dans un seul registre , mais je suis bien contente de voir qu'il n'en ai rien . H.D
    22
    fabio esteves
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    fabio esteves
    JADORE VO ?LIVRE
    23
    grosPepere
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    "Jamais, à ma connaissance, un auteur ne s'est fait piquer une idée."

    Pourtant Carali raconte dans une de ses BD que d'après lui, il s'est fait piquer l'idée d'une patiente et de son psychiatre, fou lui aussi, par Collaro. Ca a donné "Dr Sinoque et Mme Foldingue".
    Dans l'ensemble il ne faut pas s'inquiéter, mais je voulais le signaler.
    A part ça, je regardais votre blog et je me disais "Quand même, elle se foule pas, Gudule, elle publie seulement ce qu'elle fait dans Siné Hebdo, à quoi ça sert d'avoir un blog".
    En lisant les commentaires, je me rends compte qu'en fait votre blog vous sert à dialoguer avec vos lecteurs et que c'est ce qui en fait l'intérêt.
    Amicalement,
    GrosPepere
    24
    Marie
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    Marie
    Qu'est devenu le projet d'Axel ?
    Sans doute cet enthousiasme est-il la plus belle reconnaissance possible pour un écrivain. Non ? Je trouve ces échanges très touchants.
    25
    grosPepere
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    grosPepere
    Je comprends votre point de vue sur la distinction texte / BD, sketches, etc. Dans un autre registre, on peut aussi discuter des influences qui peuvent parfois aller jusqu'au plagiat. Quand on écrit, dessine, peint, photographie... on est forcément influencé par ce qu'on a vu auparavant. C'est d'ailleurs un terreau fertile à la création.
    Boulet raconte sur son blog (si vous ne connaissez pas, allez-y ! www.bouletcorp.com/blog/ ) qu'à la fin d'une planche, il s'est rendu compte que Gotlib avait fait le même gag des années auparavant, sans qu'il se souvienne s'il l'avait déjà lue ou pas.
    Pour votre activité sur votre blog, excusez-moi si j'ai été un peu direct, il m'arrive de me trouver un peu sec après coup...
    Peut-être pouvez-vous publier d'autres textes, des trucs que vous aurez écrits exprès pour le blog, ou des petits textes sur des carnets oubliés...
    Pour la technique, vous êtes entourée de bons pratiquants (Mélaka et ses amis), ca ne se transmet pas de fille en mère ?
    A bientôt !
    grosPepere
    26
    Marie
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:56
    Marie
    Vive la spontanéité (avant qu'elle ne se dissolve dans l'âge adulte, pour revenir subrepticement avec l'empilement des années !!) ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :