• A PARAÎTRE EN JUILLET AUX ÉDITIONS MIC-MAC

    Pour les amateurs de frissons, à partir de 9 ans

    La-maison-cannibale Couv LOW

    « MÉMÉ GEORGETTE 25JEAN ROLLIN, LE RÊVEUR ÉGARÉ »

  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Juillet 2011 à 08:00
    benoît barvin
    Superbe couverture, Gudule, qui donne envie de lire... Tu sais comme moi comme ces petits dessins, souvent moqués par les "grrrands littérateurs", sont essentiels pour inciter à ouvrir un livre. J'attends quand même un peu que ma petite fille - un an le 14 juillet - sache, au moins, un peu parler pour commencer à lui lire tes textes. A propos: que me conseilles-tu comme première oeuvre?
    2
    frederic
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    frederic
    Tu es décidément très prolifique ! Félicitation pour cette nouvelle publication. A quand le prochain roman adulte ? (que les grands puissent frissonner un petit peu aussi)
    3
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    gudule
    Théoriquement en septembre, aux éditions Mic-Mac : un gros livre intitulé "Le lupanar des anges", qui reprend "Paradis perdu" ainsi que sa suite inédite "Les harems célestes". Mais ça ne fait pas frissonner, ça fait plutôt rire. Je suis également en train de faire tourner chez les éditeurs un petit roman écrit récemment, "Truc". Mais j'ignore encore où il paraîtra.
    4
    Françoise Lefeuvre
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    Françoise Lefeuvre
    J'ai beaucoup aimé le livre, qu'une association dont je fais partie vient de sélectionner pour un concours de lecture au niveau collège,pour son suspense, son humour, mais la correction orthographique a été immonde (j'ai recensé 42 fautes d'orthographe, dont un "ils on"). L'éditeur n'a pas fait son travail correctement.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    gudule
    Vendredi 29 Août 2014 à 13:51
    gudule
    Cent pour cent d'accord avec vous. Mais cet éditeur a une excuse : ce livre est le dernier qu'il ait publié, pour cause de faillite, et je pense que les correcteurs ne travaillaient déjà plus pour lui. Quant aux coquilles dont était truffé mon manuscrit — essentiellement des "s" manquant au pluriel ou des lettres sautées, voire des mots entiers —, j'en suis seule responsable. Lorsque j'écris, mes doigts vont moins vite que ma pensée, ce qui donne lieu à ce genre d'oublis involontaires. Et chacun sait que les auteurs sont incapables de corriger leurs propres textes : ils ont beau relire, leur œil, trop occupé à traquer la répétition, l'incohérence ou l'erreur de style, glisse sans s'y arrêter sur la faute d'orthographe.(C'est d'ailleurs pour cela que les maisons d'édition font relire les manuscrit par au moins deux correcteurs).
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :