• Épisode 37

      Résumé des chapitres précédents : Coup de théâtre ! L’enfant d’Aurore est un extraterrestre. Il y a, à l’évidence, du Petit Prince là-dessous !

     

             Ruth ne dut son salut qu’à l’intervention musclée de Sire Concis, qui l’arracha de justesse à la fureur de la foule. Lors, nos trois amis, s’extirpant tant bien que mal de l’antre souterrain, s’envolèrent dans le ciel nocturne, poursuivis par les invectives des adeptes de l’Élu. 

             — Ouf, on l’a échappé belle, murmura Zoé, tandis qu’ils atteignaient les tours de Notre-Dame.

             Les gargouilles, comme animées par le rayon de lune, semblaient les suivre des yeux. Sire Concis les salua au passage.

             — Bonne nuit, les cousins !

             Entre-temps, Ruth avait recouvré ses esprits.

             — Ah, la salope ! Ah, la salope ! sanglotait-elle, en épongeant son nez ensanglanté.

             Zoé lui décocha un regard noir.

             —Tu ne pouvais pas tenir ta langue, non ? On était bien infiltrés dans la secte et tu as tout fait foirer !

             — C’est le fils de mon mari ! protesta la fermière.

             — Et alors ? Tu le savais qu’il était donneur !

             — Ça n’a rien à voir : il m’a trompée, avec elle.

             — Qu’est-ce que t’en sais ? Elle a peut-être été inséminée, comme n’importe qui.

             — Tu rigoles ? Pourquoi aurait-elle procréé artificiellement alors qu’elle avait l’outil sous la main ?

             C’était le bon sens même.  

             — Comme il a dû l’aimer, soupira Ruth, les larmes aux yeux. Il désirait tellement un fils...

             — Dis donc, si t’as des regrets, t’avais qu’à lui en faire un, toi, de lardon ! grinça Zoé.

             — J’ai essayé, tu penses. Hélas, je suis stérile. Sans quoi, ce serait moi, la mère de l’Élu ! Et je ne me taperais pas ce dragon à la noix !

                                                                                                                                    (à suivre)


    17 commentaires
  • IMG-copie-2.jpg

    Devinez qui est le personnage au deuxième rang à droite... Eh oui, Jean Rollin ! En mai 68 ! 


    2 commentaires
  •  

    Belle de Nuits

      Allez, pour une fois, je vais vous raconter une Solitude qui ne me concerne pas directement, mais fait partie de nos anecdotes familiales.

             Mon lointain ancêtre, qui habitait Nuits-Saint-Geroges, avait trois filles surnommées « les belles de Nuits ». En tant que hobereau de province, il fréquentait les officiers de la garnison voisine, dont un certain Napoléon Buonaparte, caporal d’origine corse. La taille de ce dernier, ainsi que son accent à couper au couteau, faisaient de lui la tête de Turc de ses camarades — ce qui déplaisait à Ludovie, la plus jeune des trois sœurs. Elle le défendait donc bec et ongles, si bien que Napoléon la surnommait « mon bouclier charmant ». De là à demander sa main, il n’y avait qu’un pas — qu’il s’empressa de franchir.

              — Pas question ! répondit mon ancêtre, indigné. Jamais je ne donnerai ma fille à un petit caporal sans avenir.

    IMG920.jpg

      La belle Ludovie, qui faillit devenir madame Buonaparte, en compagnie de son fils Louis, mon arrière-grand-père.       


    10 commentaires
  • Episode 36

      Résumé des chapitres précédents : Le Mollah Mou vient d’annoncer aux adeptes de sa secte que « l’Élu » était parmi eux.

     

             Les voûtes de la rue souterraine tremblèrent sous l’ovation de la foule. D’un geste solennel, Aurore réclama le silence puis elle extirpa l’enfant de sous sa burka et le brandit devant elle. L’assistance assitôt tomba à genoux, face contre terre.

             Aladdin portait un turban à l’ancienne que sa mère, lentement déroula. Ce qui parut hypnotiser Ruth Prout.

             — Qu’est-ce qu’elle a ? souffla Zoé à Sire Concis, en lui désignant la fermière.

             — Ch’sais pas... Elle n’a pas l’air dans son assiette... Ça va, ma chérie ?

             La chérie ne répondit pas. Elle n’avait d’yeux que pour la bande de tissu qui, peu à peu, dévoilait le crâne de l'enfant.

             — Oh, nom d’un chien..., souffla-t-elle, quand l’opération se termina.

             Un « ooooh » extatique monta de la foule. La tête d'Aladdin était garnie d’antennes.

             — Salope ! hurla Ruth Prout, en direction d’Aurore.

             Elle joua des coude pour se ruer vers l’estrade.

             — Salope ! Tu t’es faite engrosser par mon mari !

             Vingts paires de bras l’agrippèrent comme elle se jetait sauvagement sur sa rivale. 

                                                                                                                                              (à suivre)


    7 commentaires
  • Buvez, éliminez !

          Quand je suis arrivée au village, quelque chose a retenu mon attention : devant presque tous les parterres étaient posées, en rang d’oignons, des bouteilles d’eau. J’en demandai la raison, et l’on m’expliqua que ça éloignait les chiens, un peu à la manière des épouvantails à moineaux. Les reflets de la lumière dans l’eau leur otaient toute envie de lever la patte, ce qui sauvegardait les pétunias, giroflées et autres géraniums des agressions de l’urine canine.  

             — Mais ça gâche le paysage, objectai-je.

            — Certes, me répondit-on, mais c’est la tradition.

           Or, la tradition, Phiphi s’en bat l’œil. Il adore pisser sur les bouteilles en général, et sur celles-là en particulier. A chaque promenade, il fait donc une station devant chacune d’entre elles, qu’il couvre méthodiquement de dégoulinures jaunasses. Il n’a pas dû saisir toutes les subtilités du procédé, je pense. 

            Ou alors, c’est de la provo... 

     


    14 commentaires